Fronces

Fronces, pinces et plis

degas_petite-danseuse.jpg

Edgar Degas, Petite danseuse de quatorze ans
Bronze, tutu en tulle, ruban de satin dans les cheveux
1879-1881. Paris, musée d'Orsay, bronze de 1930.
Pour ses tableaux, Degas faisait des modèles en cire ou en terre, auxquels il ajoutait des accessoires (tissu, éponge, cuvette, etc…). Ces modèles ont été coulés en bronze vers 1920. Quelques-uns sont exposés au musée d’Orsay.
La petite danseuse, qui était en cire, est la seule sculpture que Degas ait exposée de son vivant.

Rien de plus facile a priori que les fronces : on passe un fil de fronce, on tire dessus et le tour est joué !
En pratique, voici comment faire...

1/ prendre les repères
Le fil de fronce doit être à 1cm du bord, au moins.
Marquer avec des épingles, un fil de couleur ou des traits de crayon (qui partent au lavage) :
- le début et la fin des fronces
- le milieu
- éventuellement, s’il s’agit d’une grande largeur de fronces, des points intermédiaires, répartis symétriquement par rapport au milieu.


2/ passer le fil de fronce
On peut le coudre à la main ou à la machine.

A la main : Prendre une aiguillée de fil au moins égale à la largeur finale, plus 10cm. Coudre au point droit, avec des points réguliers de 2 à 3mm. Laisser le fil sans arrêter la couture.
Si la largeur visée est très grande (plus de 60cm environ), on peut prendre plusieurs aiguillées : s’arrêter à un des repères et laisser le fil pendant, sans arrêter la couture.

Fronces-main-1.jpg


A la machine : piquer au point droit, en réglant la longueur de point sur 3mm au moins. On peut, dans certains cas, faire deux piqûres parallèles à 0,5cm de distance (voir plus bas). Laisser les fils sans arrêter la couture.

Fronces-machine-1.jpg


3/ froncer

A la main : tirer sur le fil de fronce en faisant glisser le tissu sur le fil et répartir les fronces entre les repères. Veiller à la symétrie en utilisant les points de repères. Quand la bonne largeur est atteinte, faire deux points superposés pour maintenir le fil.
Si on a des doutes sur cette largeur, on peut enrouler le fil autour d’une épingle pour le maintenir provisoirement.

Fronces-main-2.jpg


A la machine : tirer sur un des deux fils (dessus ou dessous), toujours le même, en faisant glisser le tissu sur le fil.
On peut tirer alternativement sur les deux extrémités. Cela facilite la répartition des fronces. Veiller à la symétrie, en utilisant les points de repère.
En pratique, les fronces ne se desserrent pas. Mais on peut par prudence enfiler le fil sur une aiguille et faire deux points superposés pour le maintenir.

Fronces-machine-2.jpg


Si on a fait deux piqûres parallèles, il faut tirer en même temps sur les fils des deux coutures :

Fronces-machine-3.jpg



4/ coudre la pièce froncée sur une pièce non froncée.

La pièce froncée est en général cousue sur une pièce plate : ceinture de jupe, emmanchure, poignet, volant supérieur, etc…

Fixer la pièce froncée sur l’autre en piquant les épingles perpendiculairement au fil de fronce. Commencer par le milieu de la pièce froncée qui doit coïncider avec un repère de l’autre pièce.
Bâtir.

Fronces-main-3.jpg

Piquer, côté fronces au-dessus.
Il faut éviter de piquer sur le fil de fronce, pour pouvoir l’enlever facilement.

Conseil pour cette couture :
Avec des fronces serrées et un fil de fronce unique, on voit bien que ça bouillonne dans tous les sens et que cette couture ne va pas être facile (du moins, moi, je le vois…).
C’est dans ce cas que le double fil de fronce a son intérêt : on pique entre les deux fils de fronce, là où les fronces sont bien rangées.

Avec l'aimable autorisation de Sylvie Dusoulier du site www.coupecouture.fr Les textes et les photographies publiés sur cette page sont soumis au droit d'auteur. Copyright © 2006-2011 Sylvie Dusoulier, sauf indication contraire et à l'exception des reproductions de tableaux. Tous droits réservés.

Retour au site de CSM